...votre forum d'informations, de documentations et d'échanges

en toute liberté !

 

  • Le capitalisme domine la planète... système inique de domination de classe, de productivisme, ses injustices et ses conséquences désastreuses sur l'environnement.

 

  • Ici vous trouverez un lieu d'échanges (infos, opinions, liens, etc.) et de débats.

 

  • Ce site ne représente aucun parti ou mouvement en particuliers :   il est ouvert aux anticapitalistes de toutes tendances dans un esprit pluraliste, sans sectarisme ni dogmatisme.

 

  • CARREFOUR ANTICAPITALISTE se veut une passerelle entre les courants de l'anticapitalisme (socialiste, marxiste, libertaire...)

 

 

"Jamais vous ne serez dignes du bonheur tant que vous aurez quelques chose à vous,

et que votre haine des bourgeois viendra uniquement de votre besoin enragé d'être des bourgeois à leur place."

 

Zola, 1885

 

"Il faut prendre l'argent là où il se trouve,

c'est-à-dire chez les pauvres.

Bon d'accord, ils n'ont pas beaucoup d'argent,

mais il y a beaucoup de pauvres."

 

Alphonse Allais

 

"Quand on aime la justice, on est toujours un révolté..."

 

Alfred Capus

 

 

DEPUIS le 5 JANVIER 2010, CHERS VISITEURS,

VOUS POUVEZ LAISSER DES COMMENTAIRES OU REAGIR SUR LA PLUPART DES ARTICLES DU SITE !

 

Important :

 

Les commentaires racistes, xénophobes, antisémites, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes

ne seront pas acceptés...

 

A LA UNE... de l'ACTUS



INFO SITE :

Le site est actuellement fermé...

La documentation est toujours disponible...

... mais non actualisée !!

 

Pour tous mes visiteurs, de

 

passage ou fidèles, le site

 

est "en vacances" !


 

Mais vous pouvez le

 

retrouver sur Facebook car,

 

comme vous avez pu le

 

constater l'activité est moins

 

grande sur le site... le

 

Groupe sur FB prends

 

beaucoup de temps... je

 

vous invite à le rejoindre !

 

 

ICI

 

 

Bonnes vacances à tous !


DROIT de l'HUMAIN

 

Srebrenica,

un crime européen

 

Par Bernard Dréano, Eros Sana (13 juillet 2010)


Il y a quinze ans, huit mille hommes et adolescents étaient massacrés par les troupes bosno-serbes de Ratko Mladic. C’était le dernier massacre de la guerre la plus meurtrière qu’ait connue l’Europe depuis 1945 : 150.000 morts, soit en proportion autant que la première guerre mondiale en France. L’Europe continue de faire payer aux Bosniaques le prix de sa propre lâcheté...

 

 


Un défilé de "criminels" sur les Champs-Elysées ?

 

Les anciennes colonies africaines sont à l'honneur cette année. Des ONG se disent "gravement préoccupées par le fait que les délégations puissent comprendre des personnes responsables de graves violations des droits de l'Homme".

 

[Lire NOUVEL OBS...]



Total accusé de «complicité d'assassinats et de travail forcé» en Birmanie

 

info libé 5 juillet 2010

 

Dans un rapport que «Libération» a pu consulter en avant-première, l'ONG EarthRights International publie de nouveaux éléments montrant des violations massives des droits de l'homme dans la zone exploitée par le pétrolier français [...]



La mort d'un tortionnaire

 

La mort du général Bigeard a donné lieu à de nombreux hommages de politiciens et responsables de l’État. Bigeard s’était illustré dans les sales guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie. Colonel en Algérie, il fit largement utiliser la torture notamment au cours de ce qui a été pudiquement nommé la « bataille d’Alger » en 1957 : les parachutistes de Massu et de Bigeard ont torturé et exécuté des milliers d’Algérois. Au point que le secrétaire général chargé de la police à la préfecture d’Alger, Paul Teitgen, donna sa démission. Paul Teitgen écrivit d’ailleurs dans sa lettre de démission : « Je ne me permettrais pas cela [dénoncer ces tortures] si je n’avais pas vu au camp de Paul Cazelle [camp de détention au sud d’Alger] les traces profondes de ces mêmes sévices que j’ai subis de la part de la Gestapo ».


Pour ce genre d’exploits, Bigeard fut nommé général après la fin de la guerre d’Algérie. Ensuite il occupa le poste de secrétaire d’Etat à la défense sous Giscard d’Estaing, et finit sa carrière comme député UDF jusqu’en 1988.


Sur sa tombe, il faudrait écrire : « À son homme de main, la bourgeoisie reconnaissante ».

 

LO 22 juin 2010

 

Retraites :

Martine Aubry, reine des sociaux-traîtres

 

Pour contrer la contre-réforme, une contre-contre-réforme !

 

jeudi 1er juillet 2010, in Plume de Presse 



logoDépêche Reuters titrée "Il va falloir travailler plus longtemps", redit Martine Aubry : "Le gouvernement a décidé de reporter de 60 à 62 ans l’âge légal de la retraite mais le PS ne veut conserver le départ à 60 ans que pour ceux qui ont commencé à travailler tôt ou qui ont eu des emplois pénibles, a-t-elle fait valoir. "Nous allons vivre de plus en plus longtemps et donc il va falloir travailler plus longtemps : nous en sommes tous d’accord", a dit la maire de Lille aux journalistes, avant de le répéter à plusieurs reprises sur la scène du théâtre Pierre de Roubaix." La Première secrétaire "socialiste" échappe de justesse à notre rubrique "Ferme ta gueule !". Par une incompréhensible indulgence, nous nous contentons de pointer sa traîtrise en Phrase du jour. Dire que Gérard Filoche ne cesse de s’insurger que l’on ne parle que d’espérance de vie pour oublier systématiquement l’espérance de vie en bonne santé... Question : que fait-il encore au PS  ? Comprendra-t-il enfin qu’il n’y a décidément plus rien à espérer de ce parti de sociaux-traîtres ?

Écrire commentaire

Commentaires : 0

LUTTES SOCIALES

 

 

Un document d’actualité...

Programme du

Conseil national de la Résistance

OPINIONS du WEB

 

 

Leur monde et

le nôtre

 


"On dirait un mauvais roman policier : une veuve multi-milliardaire, héritière d’une des plus grandes fortunes du pays ; une dispute familiale glauque comme savent en sécréter les familles bourgeoises lorsqu’elles se déchirent autour d’un héritage ; un maître d’hôtel indiscret qui enregistre les conversations privées de sa milliardaire de patronne pour donner les cassettes à la fille en procès avec la mère ; une île aux Seychelles ; de l’argent planqué en Suisse ; un artiste à ce qu’il paraît doué, qui l’est en tout cas pour les affaires puisqu’il a réussi à se faire offrir pour un milliard d’euros de cadeaux (...)"

 

 

ANTICAPITALISME

 

Marx : la dette publique et la bancocratie

 

Le capitalisme naît en Occident de transformations historiques successives. La société féodale donne naissance à l’absolutisme et c’est à cette époque qu’apparaissent pour la première fois sous leurs formes modernes les banques centrales et les dettes d’État. Ces phénomènes marquent de leur empreinte l’essor du capitalisme. En période de crise, ils ressurgissent avec violence. Loin d’être un phénomène extérieur ou marginal, les dettes sont au cœur du fonctionnement du capitalisme.

 

« Le crédit, voilà le credo du capitalisme ».   (...)

 

DROITS de l'HUMAIN

 

Un prisonnier politique sioux aux Etats-Unis:

Léonard Peltier


 

 

Leonard Peltier est en prison depuis 33 ans. Son Comité de soutien organise un rassemblement le 23 juin de 18h à 20h place de la Concorde (angle Tuileries).
En 2002, Jacques Bertet publiait dans le Monde Diplomatique un article toujours d’actualité

L’affaire Leonard Peltier

 

 

 

 

 

 

 


OPINIONS du WEB

 

L'hégémonie capitaliste

en pleine forme !

Michel MENGNEAU

"Nous vivons une période étrange, un peu partout on peut lire, entendre, que le capitalisme est en crise et qu’il se pourrait que ce soit le début d’une agonie. Ceci est une réflexion générale, cependant des individus un peu plus perspicaces laissent entendre que cette crise est simplement systémique, pourtant il s’agit là encore d’un euphémisme pour nous expliquer que les financiers spéculateurs sont en train d’essayer d’épurer le système de quelques pourritures qui gênaient son fonctionnement, avec la complicité des états, le tout sur le dos du lampiste (...)"

 

OPINIONS du WEB

 

"Prendre au mot la dimension mortifère du capitalisme"

 

par Alain Bihr

vendredi 11 juin 2010

 

Au fur et à mesure où, semaine après semaine, quasi quotidiennement, la crise générale du capitalisme contemporain nous apporte son lot de nouvelles plus calamiteuses les unes que les autres, c’est la véritable nature de cette crise qui se révèle. Loin d’être seulement une crise économique, fût-elle structurelle, c’est à une véritable crise de civilisation que nous sommes confrontés (...)

ANTICAPITALISME


 

L'hégémonie capitaliste est en

 

pleine forme !

 

 

par le "Ragondin Furieux"

 

"Nous vivons une période étrange, un peu partout on peut lire, entendre, que le capitalisme est en crise et qu'il se pourrait que ce soit le début d'une agonie. Ceci est une réflexion générale, cependant des individus un peu plus perspicaces laissent entendre que cette crise est simplement systémique, pourtant il s'agit là encore d'un euphémisme pour nous expliquer que les financiers spéculateurs sont en train d'essayer d'épurer le système de quelques pourritures qui gênaient son fonctionnement, avec la complicité des états, le tout sur le dos du lampiste (...)"

 

Le progrès peut tuer

 

Imposer le « progrès » aux peuples indigènes leur apporte rarement longévité ou bonheur. En réalité, les conséquences sont désastreuses.
Le respect de leurs droits territoriaux est de loin la meilleure garantie de leur bien-être (...)

ANTICAPITALISME

 

"La nature humaine est-elle un obstacle au socialisme ?"

Par John Molyneux


L’argument antisocialiste

 

"Le socialisme est une bonne idée, mais ça ne marchera jamais. On ne peut pas changer la nature humaine". C’est là l’objection la plus courante - et la plus influente - au projet socialiste. C’est le premier argument qu’on entend à l’atelier, à la cantine ou au café. C’est aussi celui sur lequel s’appuient de nombreux politiciens et intellectuels.

De plus, c’est un argument accepté par beaucoup de gens qui aimeraient bien changer le monde mais qui ne croient pas que ce soit possible. Il est même admis par de gens qui se disent socialistes, comme de nombreux membres et électeurs du PS ou du PC. Le résultat, c’est qu’ils réduisent l’idée socialiste à un vague aménagement du système plutôt que d’essayer de le changer complètement (...)

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

 

Turquie : Pourquoi le génocide arménien est-il un sujet tabou ?

 

 

Une voix de plus se lève en Turquie pour expliquer et dénoncer le tabou du génocide arménien. L’analyse du journaliste turc Erol Özkoray est un élément majeur qui contribue à la recherche de la vérité et de la justice. Erol Özkoray démontre la continuité entre la politique génocidaire de l’Empire ottoman et celle du mouvement kémaliste. Sa conclusion montre, hélas, que la République de Turquie n’est pas encore à la veille d’un changement salutaire qui lui permettrait de surmonter les problèmes hérités du passé (...)

 

[Lire la suite...]

Condamnons l'exécution des prisonniers politiques en Iran !

 

Après le soulèvement courageux des travailleurs et des Iraniens laborieux à l'occasion de la journée mondiale du travail et à l'aube du premier anniversaire du soulèvement populaire iranien, le régime morbide des mollahs intensifie le climat de peur et de terreur dans la société en augmentant considérablement le nombre d'exécutions dans différentes villes d'Iran, en dressant les potences de pendaison dans les lieux publics, en recourant à toute sorte de répression et en arrêtant amplement les jeunes et les femmes d'Iran.

 

C'est dans ce climat que le régime cruel des mollahs a procédé à l'exécution de cinq prisonniers politiques le dimanche 9 mai 2010...

 

Ces exécutions surviennent alors que les organisations de défense des droits de l’homme, à l'instar d'Amnesty International, avaient à plusieurs reprises appelé à empêcher ces exécutions, en particulier celle de Farzad Kamangar.

 

En protestation contre ce crime brutal, le CSDHI organise, le dimanche 16 mai, devant l'ambassade infâme du régime iranien à Paris, une cérémonie de deuil pour ces valeureux et chers prisonniers exécutés  .

 

Lieu : Place de l'Iéna (métro Iéna), Paris 16ème.
Date : dimanche 16 mai 2010 de 17h à 18h.

 

Comité des Droits de l'Homme

OPINIONS du WEB

 

Prolétaires de toute l’Europe unissez-vous !

 

Mohamed BELAALI 15 mai 2010

"Les événements qui se déroulent sous nos yeux en Grèce et leurs conséquences économiques politiques et sociales sont d’une grande importance. Il s’agit d’un conflit de classes exemplaire. Que voyons-nous ? Face au capital et ses patrons, ses banquiers, ses spéculateurs, ses agences de notation, ses marchés financiers, ses institutions financières comme le FMI de Dominique Strauss-kahn, la Commission européenne, la BCE, les dirigeants des États de l’Union, les parlementaires etc. etc., se dresse courageusement le peuple grec notamment les travailleurs. Il s’agit d’un combat inégal entre le capital et le travail. D’un côté des parasites en tout genre qui, comme des vautours, dévorent encore ce qui reste de leur proie grecque, de l’autre des hommes et des femmes qui luttent pour leur emploi, leur salaire, leur retraite, leur école, leur hôpital (...)"

 

Les pesticides, c’est bon pour

la santé !

 

Par Nolwenn Weiler 5 mai 2010


Vous l’ignorez sans doute mais « la mise au point des pesticides de synthèse commercialisés aujourd’hui est de plus en plus fine alors que les pesticides naturels utilisés par l’agriculture biologique (…) ont un spectre souvent beaucoup plus large les rendant parfois potentiellement plus dangereux. » En clair : les pesticides de l’industrie chimique seraient plus sains que les insecticides ou fongicides naturels, comme le purin d’ortie (...)


LUTTES SOCIALES

 

Déclaration unitaire des organisations de jeunesse :

la retraite, une affaire de jeunes !

 

 

Organisations signataires :

UNEF, UNL, FIDL, Sud Etudiant, LMDE, CGT, FSU, UEC, Attac Campus, JOC, Génération Précaire, MJS, MJCF, Jeunes Verts, JRG, Réseau jeunes du PG, NPA, Gauche Unitaire Jeunes, Branche jeune d’AL

 

Déclaration

d'organisations anticapitalistes

de toute

l'Europe sur la crise

 

Lire la déclaration...

 

Merci à Fañch Ar Ruz pour son talent... pour utiliser le dessin, contactez Fañch

 

Communiqué du NPA: Il faut soutenir les femmes à Hassi Messaoud.

 

"Pour un certain nombre de femmes, Hassi Messaoud, ville pétrolière abritant les sièges de multinationales, c'est la possibilité de trouver un travail, d'avoir un salaire et ainsi la possibilité de subvenir à leurs besoins ainsi qu'à ceux de leurs familles.

 

Mais Hassi Messaoud est aussi un lieu où les femmes seules sont en danger, menacées et victimes de violences, de viols.

 

Les graves événements de 2001 se sont répétés ces dernières semaines.

Des groupes d'hommes se sont attaquées à elles, de nuit et leurs maisons a été saccagées, dans l'indifférence générale.

 

Ces faits témoignent de l'oppression des femmes qui perdurent en Algérie, d'un statut qui les empêche d'être autonomes, indépendantes et de pouvoir gagner elles-mêmes leur vie.

 

Pour le NPA, ces violences sont inacceptables et il est indispensable que des initiatives unitaires soient prises le plus rapidement possible pour condamner ces violences et exiger que les autorités algériennes fassent respecter l'égalité des droits entre hommes et femmes."

 

L'armée française reconnaît une bavure en Afghanistan...

 

En opération franco-afghane dans la province de Kapisa, les militaires français ont tué quatre civils par erreur avec un missile...

 

Nouvel Obs 29/04/2010

 

ENVIRONNEMENT

 

Loi « Grenelle 2 » :

ciao l’éolien,

vive le nucléaire !

 

Par Ivan du Roy, Sophie Chapelle 29 avril 2010


Le projet de loi dit « Grenelle 2 » sera examiné par les députés à partir du 4 mai. Il est censé préciser la mise en œuvre des engagements pris deux ans plus tôt, lors du Grenelle de l’environnement. Mais les députés UMP préfèrent suivre le nouvel adage présidentiel : l’environnement, « ça commence à bien faire ! ». Ils mènent la charge contre la filière éolienne tout en allégeant les autorisations encadrant le rejet de matières radioactives (...)

 

 

 

LUTTES SOCIALES

 

La fabrique des robots

 

par Elsa Fayner  

 

Plus de 260 000 salariés travaillent dans des centres d'appels téléphoniques. Près de 0,8% de la population active. Et des conditions de travail plus que douteuses (...)


Le système capitaliste est toujours en crise : nous sommes tous des Grecs...

 

Union Syndicale SOLIDAIRES, 28 avril 2010

 

"Cela fait plusieurs semaines que la population grecque se mobilise pour refuser les mesures d’austérité prises par son gouvernement sous la double injonction de la commission Européenne et du FMI. Il s’agit de redoutables plans de rigueur et de vrais programmes d’ajustement structurel : Non remplacement de 4 départs à la retraite sur 5 dans la fonction publique, hausse de la TVA de 19 à 21 %, baisse de 10 % des dépenses d’assurance, gel des pensions de retraites, réduction de 15 % des salaires, âge légal de départ à la retraite porté à 67 ans, etc.

 

Les raisons de ces attaques : le niveau d’endettement du pays, à 12,7% pour 2009, est élevé. Ce n’est pas beaucoup plus que d’autres pays, comme la Grande Bretagne avec 12% et l’Espagne avec 10%. Les taux du Japon et des Etats Unis étaient aussi à deux chiffres en 2009. Partout, les cadeaux financiers aux banques, les programmes conjoncturels et les baisses d’impôts ont fait d’énormes trous dans les budgets. Les mêmes banques et les mêmes spéculateurs, qui hier ont été sauvés d’une faillite certaine grâce à l’aide des états, mettent la pression sur ceux-ci et sont autorisés à spéculer sur leurs dos. Nos gouvernements ont sauvé les banques, sans contrepartie. Aujourd’hui ces mêmes banques viennent faire payer l’addition aux peuples. La Grèce est attaquée, le Portugal est dans la ligne de mire, l’Espagne et l’Irlande sont menacées.

 

Loin de se résigner, le peuple grec se défend et se bat. Plusieurs grèves et manifestations massives ont déjà eu lieu. Le 24 février une grève générale a paralysé le pays. L’Union Européenne, loin d’être solidaire, tergiverse sur son soutien, le monnaie et démontre un peu plus chaque jour qu’elle est seulement au service des marchés financiers et non au service des peuples. L’effet domino risque d’être terrible.

 

L’Union syndicale Solidaires affirme son soutien au peuple grec et s’inscrira dans toutes les initiatives unitaires de soutien à cette juste lutte du peuple grec, notamment à la grève générale du 5 mai.

 

En Grèce comme ailleurs, ce n’est pas au peuple de payer leur crise !"


 

Communiqué du NPA: C'est aux capitalistes de payer la crise

en Grèce.

 

NPA

"Via les agences de notation internationales et les spéculations financières de tous ordres, la crise économique et financière avec toutes les conséquences sociales dramatiques pour les salariés refait la une de l'actualité. Les états qui avaient fait diligence, l'année dernière, pour remettre à flot les banques, que ce soit aux USA, en France, ou dans tous les pays capitalistes, se hâtent lentement pour venir en aide à la Grèce.

 

En fait leurs exigences et leurs conditions c'est de faire porter la réduction des déficits par les salariés, à travers le gel des salaires, l'amputation des retraites, la destruction des droits sociaux. Refusant de remettre en cause les marchés financiers, les fonds spéculatifs et les pratiques des banques qui ne font qu'amplifier la crise, l'Union européenne attend du gouvernement grec qu'il fasse payer l'addition aux salariés grecs.

 

Aussi, le NPA ne peut qu'être entièrement solidaires et aux côtés des salariés du public et du privé qui font grève et manifestent pour refuser le plan d'appauvrissement général que le gouvernement socialiste de M. Papandréou leur prépare. A la tête du FMI, Dominique Strauss Kahn préconise carrément des baisses de salaire ! Ces manifestations populaires sont d'autant plus importantes que la spéculation financière et les agences de notation ont dans la ligne de mire d'autres victimes, à savoir le Portugal, et l'Espagne, notamment.

 

C'est aux marchés financiers financiers, aux banques de payer la crise, pas aux salariés grecs !

 

Le 5 mai, ce sera la grève générale en Grèce.

 

Pour le NPA il est vital de manifester ce jour-là notre soutien aux salariés grecs et le NPA participera aux mobilisations unitaires de solidarité qui seront décidées."

 

Manifestation de retraités à Athènes
Manifestation de retraités à Athènes

Communiqué du NPA: Contre le projet de loi Sarkozy sur la burqa

 

"En s'agitant sur le voile intégral, un phénomène ultra minoritaire dans la société française, le gouvernement cherche à détourner l'attention des conséquences de la crise et de sa politique sur la population : licenciements, chômage, discrimination, accentuation des inégalités, contre-réforme des retraites. Pratiquant l'amalgame, il cherche à diviser le monde du travail en désignant comme principal bouc émissaire les musulmans, assimilés en bloc à des intégristes.


L'interdiction faite à une femme portant le voile intégral de conduire est le signe avant coureur des conséquences qu'aura inévitablement la loi, voulue par Sarkozy, interdisant le port de la burqa dans l'espace public : elle interdira de fait à ces femmes de circuler librement et les assignera à domicile, ce qui renforcera encore l'oppression qu'elles subissent.


Tout en s'opposant à ce projet de loi liberticide, le NPA réaffirme sa solidarité avec les femmes qui luttent contre toutes les formes d'oppression, dont le voile intégral, mais c'est d'abord en luttant toutes ensembles pour le droit à disposer de leur corps que les femmes s'émancipent. La loi de Sarkozy ne les aidera en rien, bien au contraire."

 

NPA, le 24 avril 2010.


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Burka (lundi, 28 août 2017 13:59)

    good article, interesting and curious, keep it up

Au Liban aussi, ras-le-bol

des réactionnaires religieux !

 

IRAN en LUTTE 27 04 2010


Le soulèvement populaire contre la République Islamique entre dans un contexte plus large d’un ras-le-bol de plus en plus clair des populations du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord contre les réactionnaires qui veulent enfermer les êtres humains dans des fausses identités “religieuses”, “ethniques” ou “nationale”. C’est ainsi que plusieurs milliers de personnes, “chrétiennes”, “chiites”, “sunnites” ou “druzes”, ont manifesté dimanche 25 avril dans les rues de Beyrouth pour demander la laïcité, la séparation complète de l’Etat et de la religion, l’égalité hommes-femmes et la fin d’un système politique basée sur les “communautés religieuses”.

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0

La Russie publie sur Internet des documents sur le massacre de Katyn

 

Les archives de l'Etat russe ont publié pour la première fois, sur Internet, des documents sur le massacre de Katyn, l'exécution de 22.000 officiers polonais par la police secrète soviétique de Staline en 1940...

 

[Lire la suite sur Nouvel Obs...]

 

 

> Sur internet: http://rusarchives.ru/publication/katyn/spisok.shtml

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Libéré, Taoufik Ben Brik réaffirme sa volonté de poursuivre son action


Le dissident tunisien a été libéré au terme d'une peine de 6 mois d'emprisonnement. Il parle d'"une prison préhistorique" où "la seule chose qui [lui] restait c'était le moral".

 

Nouvel Obs 27/04/2010

 

Le journaliste et opposant tunisien Taoufik Ben Brik a été libéré ce mardi 27 avril vers 5h, au terme de sa peine de six mois d'emprisonnement. Il réaffirme sa volonté de dénoncer le gouvernement tunisien et raconte à Nouvelobs.com ses conditions de détention.

 

La sortie de prison de Taoufik Ben Brik était "sortie quasi-normale", excepté l'heure : "5h du matin". "Ils craignaient certainement de voir des attroupements...", estime le journaliste. Il a alors "pris un taxi collectif" dans lequel sont également montés "trois policiers". "Je suis arrivé chez moi vers 10h30, dans une maison encerclée par des policiers", raconte-t-il.

 

Concernant ses conditions de détention, le journaliste parle d'"une prison préhistorique, à l'intérieur délabré, où il y avait même les prisonniers renvoyés des autres prisons pour violences". "On m'a interdit tout papier, stylo, ou livre. Les visites étaient limitées à ma famille, je ne pouvais pas voir mes avocats. Toutes nos rencontres étaient très contrôlées et nos discussions sur écoute, dès que nous évoquions [le président tunisien] Ben Ali, la communication se coupait", explique-t-il.

 

Concernant le suivi du syndrome de Cushing (maladie dégénérative des défenses immunitaires) dont il est atteint, Taoufik Ben Brik raconte que "c'est [sa] famille qui lui amenait ses médicaments". "Malgré tout, j'étais malade chaque jour... J'avais des diarrhées, une arthrose faciale. Ce n'était pas facile du tout." Il poursuit : "la seule chose qui me restait c'était le moral. J'ai l'habitue de dire que j'ai une âme plus tannée qu'une crosse de fusil".

 

Le journaliste poursuivra ses écrits

 

Interrogé sur son état d'esprit après six mois de détention, le dissident tunisien lâche simple : "Aujourd'hui, je suis comme d'habitude". "Un ami m'a dit 'bienvenu dans notre prison'. Ici les barreaux sont humains, ce sont les policiers. Si la prison est un zoo, alors à l'extérieur c'est une réserve tout autant surveillée."

 

Néanmons, Taoufik Ben Brik reste décidé à poursuivre ses critiques sur du gouvernement tunisien. "Si je n'écris plus qu'est-ce que je ferais ? Je me tournerais les pouces. Je ne sais rien faire d'autre...", conclut-il.

Un peu plus tôt, son épouse, Azza Zarrad, se disait "très contente" de retrouver son mari.

 

Ben Brik "a purgé totalement sa peine"

 

Taoufik Ben Brik a été libéré après six mois d'emprisonnement à l'issue d'une peine pour violence dans un procès qualifié de politique. Un des avocats du journaliste, Mohamed Abbou, explique à Nouvelobs.com qu'"il est tout à fait normal qu'il soit libéré ce 27 avril, après avoir purgé totalement sa peine" (...)

Écrire commentaire

Commentaires : 0

ENVIRONNEMENT

 

Cochabamba :

quand la planète

« d’en bas »

discute du climat

 

Par Pauline Lavaud 27 avril 2010

 

"35.000 citoyens du monde entier ont participé du 20 au 25 avril à Cochabamba, en Bolivie, à la première « Conférence des peuples sur le changement climatique ». Entre utopie et réalisme, l’accord qui en est sorti appelle notamment à la constitution d’un tribunal international pour juger les « crimes environnementaux »."

 

Scoop ?

Les salaires des grands patrons ont augmenté en 2009...

 

Le Parisien 26/04/2010

 

Malgré la , les des grands patrons restent florissants. Loin de baisser, ils se divisent désormais en de multiples composantes. Une astuce nouvelle, révélée par l'édition 2010 du classement des rémunérations des dirigeants du CAC 40, publiée chaque année par « Les Echos ».

 

Celui-ci fait état d'un total provisoire de 79,5 millions d'euros au titre de l'exercice 2009 pour les 40 dirigeants des plus grosses sociétés cotées à Paris. L'an passé, la somme s'élevait à 76,4 millions d'euros.

 

Le Top 3  : Danone, LVMH, Sanofi-Aventis.

 

Caracolant toujours dans le trio de tête, le PDG de Groupe Danone, Franck Riboud, retrouve la plus haute marche du podium, avec une rémunération globale de quelque 4,4 millions d'euros. Le leader mondial du yaourt, puissant dans l’eau, la nutrition infantile et médicale, brave la crise avec un chiffre d’affaires 2009 en hausse de 3,2%.

 

L'homme le plus riche d'Europe, le PDG de LVMH, Bernard Arnault (propriétaire des « Echos »), reste le deuxième patron le mieux payé du Cac 40, avec 3,9 millions d'euros .

 

Chris Viehbacher, le directeur général et administrateur de Sanofi-Aventis, prend la troisième place avec 3,6 millions d'euros de revenus « cash », devant Jean-Paul Agon (3,4 millions d'euros), directeur général de L'Oréal.

 

A découvrir notre top 10 :

 

1) Groupe
Franck Riboud (PDG) : 4 422 750 €

2) LVMH
Bernard Arnault (PDG) : 3 879 396 €

3) Sanofi-Aventis
Chrisophe Viehbacher (DG) : 3 600 000 €

4 ) L'Oréal
Jean-Paul Agon (DG) : 3 360 000 €

5) AXA
Henri de Castries (Pdt du directoire-bientôt PDG) : 3 199 327 €

6) GDF-Suez
Gérard Mestrallet (PDG) : 3 134 635

7) Carrefour
Lars Olofsson (DG) : 3 111 185 €

8) ArcelorMittal
Lakshmi N.Mittal (Pdt et directeur exécutif) : 2 711 640 €

9) Total
Christophe de Margerie (DG) : 2 666 991

10) PPR
François-Henri Pinault(PDG) : 2 548 596 €

 

A travers la rémunération en progression des patrons, «Les Echos» soulignent le retour des bonus pour certains dirigeants qui y avaient renoncé l'an passé, et l'amélioration de la conjoncture économique.

 

Des contrats nébuleux

 

Salaire fixe, rémunération variable, retraite supplémentaire, avantages en nature, attribution de stock-options, etc....La clé de l'évolution de ces rémunérations florissantes est à chercher du côté des « packages » - ces contrats négociés avec les dirigeants de grandes sociétés pour établir les différentes composantes de leur rémunération. Ceux-ci se complexifient avec le temps pour faire bonne figure face aux politiques, à l'opinion publique et pour réduire les risques d'excès, ou, tout du moins, de mieux lier la performance des dirigeants à leurs salaires.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Des milliers d'Arméniens marquent le 95e anniversaire

du génocide

 

EREVAN (AP) — Plusieurs centaines de milliers d'Arméniens ont déposé samedi des fleurs sur un monument dédié aux victimes des tueries perpétrées sous l'Empire ottoman, marquant le 95e anniversaire du génocide arménien.

 

Les historiens estiment que jusqu'à 1,5 million d'Arméniens ont été tués entre 1915 et 1917 par les Turcs de l'Empire ottoman. La Turquie affirme que ces massacres ne constituent pas un génocide, que leur bilan a été exagéré, et que ceux qui sont morts ont été victimes d'un conflit civil.

 

Les habitants d'Erevan et d'autres régions du pays, ainsi que des représentants de la diaspora arménienne, se sont rendus jusqu'à un monument situé sur une colline surplombant la capitale. Certains brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait notamment lire: "Personne et rien ne sera oublié".

 

En s'adressant à la nation, le président arménien Serge Sarkissian a qualifié ce massacre de "sans précédent dans son envergure, sa monstruosité et la gravité de ses conséquences".

 

Nouvel Obs 24/04/2010

 


Turquie :
des Turcs commémorent pour la première fois
les massacres d'Arméniens


ISTANBUL — Des défenseurs des droits de l'homme, intellectuels et artistes turcs ont pour la première fois commémoré publiquement samedi à Istanbul les massacres d'Arméniens de 1915-17, brisant un tabou en Turquie, pays qui récuse la thèse d'un génocide défendue par les Arméniens.

 

La section stambouliote de l'Organisation des droits de l'homme (IHD) a organisé une commémoration pour la rafle de 220 membres de l'intelligentsia arménienne, le 24 avril 1915, point de départ des massacres.

 

Rassemblés sous le slogan "Plus jamais ça" sur les marches de la gare d'Haydarpasa d'où est parti le premier convoi de déportation, une centaine de manifestants ont rendu hommage aux Arméniens disparus, a constaté l'AFP (...)

 

Capitalisme...?

 

Le capitalisme,

un système économique condamné par la science

 

par Gilles Bonafi

 

"Lorsque l’on parle de la crise actuelle, on entend tout et n’importe quoi, mais de nombreuses voix s’élèvent et commencent à soulever le problème posé par un système économique qui conduit l’humanité à la catastrophe, un système économique structurellement irrécupérable (...)"

 

[Lire la suite...]

 

L'appel des juifs européens ?

 

Est-il possible de créer et de mettre en oeuvre, à l’échelle de l’Europe, un mouvement réunissant des citoyens européens juifs attachés au destin d’Israël et convaincus que la solution du conflit au Proche-Orient passe par la fin de l’occupation des territoires palestiniens, y compris Jérusalem-Est, l’arrêt de la colonisation et la création d’un État palestinien souverain et viable, en paix avec l’État d’Israël ?

 

C’est le défi que lancent ce jeudi des personnalités juives, souvent prestigieuses, parfois surprenantes. Pour beaucoup issues de La Paix Maintenant, elles espèrent en publiant un « Appel à la raison », mobiliser un soutien suffisant pour permettre la création d’ici un an d’un mouvement européen « capable de faire entendre la voie de la raison à tous ».

 

Ce document, qui a déjà recueilli une centaine de signatures, appelle l’Union européenne et les États-Unis à faire pression sur les deux parties pour parvenir au règlement du conflit et relève que « l’alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien est dangereux car il va à l’encontre des intérêts véritables de l’État d’Israël ». Les initiateurs de l’Appel affirment s’inspirer de l’exemple de J Street, l’organisation lancée en 2008 aux États-Unis par des juifs progressistes attachés au droit d’Israël à la sécurité comme au droit des Palestiniens à un État.

 

J Street, qui se déclare « encouragé par la création de nouveaux mouvements en faveur d’Israël et de la paix », n’a ni officiellement endossé le parrainage de cette initiative, ni confirmé sa présence le 3 mai à la première manifestation publique des initiateurs de « l’Appel à la raison » au Parlement européen à Bruxelles.

 

Les mois qui viennent nous diront si un véritable « J Street européen » peut voir le jour. Et s’il peut contribuer à obtenir de l’Union européenne la définition d’une politique claire et cohérente au Proche-Orient.


René Backmann,

in Nouvel Obs, 23/04/2010

 

ALGERIE

Hassi Messaoud :

violences contre

les femmes

 
Ces dernières semaines, les femmes travaillant à Hassi Messaoud, dans le sud de l'Algérie, sont de nouveau victimes de violences de la part d'hommes constitués en bandes. Le visage masqué, munis d'armes blanches ou de bâtons, ils assaillent les femmes à leur domicile, volant leurs maigres biens et mettant les appartements à sac, avant de les humilier, de les brutaliser ou de les violer.

Les victimes de ce déchaînement de violence assortie d'insultes et de menaces sont des femmes seules qui, pour subvenir aux besoins de leur famille, sont venues à Hassi Messaoud chercher un emploi auprès d'une des nombreuses entreprises étrangères qui y sont implantées. Si elles vivent ici, dans des logements misérables et sous une température de 60°, c'est bien parce que c'était leur dernier recours. Les salaires y sont plus élevés mais, surtout, le chômage important qui frappe l'ensemble du pays leur barre la route à tout emploi décemment rétribué dans le Nord. En outre, à cause du Code de la famille d'inspiration islamiste adopté en 1984, qui fait de la femme algérienne une éternelle mineure en matière de mariage, de divorce ou de succession, celle-ci peut se retrouver sans aucune ressource du jour au lendemain pour vivre et faire vivre ses enfants, lorsqu'elle a été abandonnée par son mari.

Victimes d'agresseurs influencés par les islamistes, qui leur reprochent aussi de voler le travail des hommes, les femmes molestées ne reçoivent aucun appui des autorités. Certaines, qui sont allées porter plainte dans un commissariat, se sont entendu dire : « Que voulez-vous que l'on fasse ? Retournez chez vous. Ici, c'est dangereux pour les femmes comme vous » ! Quand ce n'est pas : « Savez-vous qui sont ces jeunes ? Qui vous dit que moi, le policier, je ne suis pas avec eux ? » De son côté, la justice met toute la mauvaise volonté possible pour rechercher et poursuivre les auteurs de ces violences, même lorsqu'ils sont connus.

En 2001, après un prêche enflammé d'un imam appelant à châtier les « femmes perdues » de Hassi Messaoud, plusieurs centaines d'hommes avaient monté une expédition punitive contre les femmes d'un quartier. Plusieurs dizaines de femmes avaient alors été lapidées, torturées, violées, enterrées vivantes. À ce jour, les victimes de ces actes de barbarie n'ont toujours pas obtenu réparation, tandis que de nombreux agresseurs, souvent des notables, vivent tranquillement chez eux. Deux femmes qui, malgré les obstacles voire les menaces de mort, continuent à se battre pour que justice leur soit rendue, ont témoigné dans le livre Laissées pour mortes de ce que fut cette nuit d'horreur, de l'inertie des autorités censées les protéger, ainsi que plus généralement de la condition de la femme algérienne.

Près de dix ans après ces faits, des brutes réactionnaires continuent à agresser des femmes sous le seul prétexte que ce sont des femmes et qu'elles travaillent pour vivre.

Marianne LAMIRAL

Lutte Ouvrière 23 avril 2010

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Inégalités :

La richesse côtoie

la misère

 

NPA

viederiches.jpg

Un récent rapport de l’Insee révèle que le fossé entre les très riches et les très pauvres s’est largement creusé ces dernières années.


Un rapport de l’Insee, publié le 1er avril, sur l’évolution des revenus et des patrimoines des ménages, entre 2002 et 2007, pointe l’explosion du nombre des personnes les plus riches. 1 % de salariés perçoivent un salaire annuel de 215 000 euros, soit 16, 5 fois le Smic. Surtout, le nombre de personnes qui empochent plus de 42 000 euros par mois a augmenté de 70 % : ils sont désormais 600 000.


Les très riches cumulent tous les avantages. Ce sont eux qui voient leur salaire augmenter le plus vite ! Selon l’étude de Camille Landais, administrateur de l’Insee, entre 1998 et 2006, on observe une augmentation très forte de la progression des hauts revenus (42, 6 %), contre une progression très modeste des revenus médians et moyens (4, 6 %). Le salaire des top-managers explose, bondissant de 44 % en huit ans. La France rompt ainsi avec 30 ans de grande stabilité de la hiérarchie des salaires.


L’enquête de Michel Amar, Les très hauts salaires du secteur privé, confirme la tendance : les très hauts salaires ont progressé de 5, 8 % par an, soit 29 % en cinq ans. Alors que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (908 euros par mois) gonfle à 8 millions en 2007 (sans doute 10 millions aujourd’hui).


Toujours selon l’Insee, les revenus du patrimoine ont progressé de 46 % et les revenus exceptionnels de 55 %. Quand on sait que 0, 01 % de la population perçoit 32 % des revenus du patrimoine et 42 % des revenus exceptionnels, on voit tout de suite qui bénéficie du pactole.


Au même moment, le nombre d’expulsions pour loyers impayés a bondi de 25 %, avec 105 000 expulsions en 2007. Les vols de nourriture dans les supermarchés ont explosé et la fracture énergétique touche trois millions de personnes.


Enfin, le taux d’imposition des très riches est de 25 % : un chiffre dérisoire. Pendant les années Pompidou, le taux d’imposition des riches atteignait 60 %, sans que le capitalisme en souffre une seconde. Or, le bouclier fiscal permet de redonner à des gens déjà très très riches des chèques d’un million d’euros, ce qui ne les empêchent pas de partir à l’étranger. Car le bouclier fiscal, contrairement à sa justification initiale, n’a nullement empêché l’évasion des capitaux. Aujourd’hui, 75 % des Français demandent la suspension ou la suppression du bouclier fiscal, tant ce dispositif est scandaleux, contre performant et injustifiable.


Brigitte Pascal, membre de la commission précarité du NPA

 

Exploration pétrolière en Amazonie :

la colère des Indiens gronde

 

"Il est dit qu’aucun répit ne sera accordé aux peuples indiens d’Amazonie tant que l’on ne les aura pas totalement dépossédés de la moindre parcelle des terres qu’ils occupent depuis des temps ancestraux. Pour preuve, le groupe pétrolier hispano-argentin Repsol YPF a demandé au gouvernement péruvien l’autorisation de déployer 454 km de lignes sismiques et de construire 152 héliports pour prospecter le pétrole dans une région forestière amazonienne, appelée le Lot 39. Le rapport, dans lequel est présenté le projet Repsol, a été adressé au ministre péruvien de l’énergie qui décidera de la suite à donner.

Or, comme le souligne l’organisation Survival International, « L'implantation de lignes sismiques, phase majeure de l'exploration pétrolière, implique la destruction de grandes étendues de forêt et la détonation d'explosifs à intervalles réguliers ». D’un impact environnemental lourd, ce projet serait surtout désastreux d’un point de vue humain. En effet, le Lot 39, région convoitée par Repsol, accueille au moins deux des derniers peuples indigènes isolés au monde dont la survie pourrait être remise en question par l’entrée en contact avec les ouvriers du groupe exploitant. Pour Stephen Corry, directeur de Survival International, face aux essais sismiques et aux héliports, deux réactions se présenteront aux indigènes de cette région, soit la fuite, soit l’attaque contre les intrus.

Mais, si le projet devait voir le jour, les ennuis ne feraient que commencer pour les populations autochtones et leur environnement. Ayant déjà découvert d’importants gisements de pétrole dans la région, la compagnie franco-britannique Perenco a rendu public le projet d’un oléoduc susceptible de transporter le pétrole depuis l’Amazonie péruvienne jusqu’à la côte Pacifique. Une infrastructure qui ferait les choux gras de Repsol, si celui-ci venait à découvrir à son tour des gisements commercialement exploitables.

Pour l’heure, le Lot 39 comprenant en partie une réserve proposée aux Indiens isolés, AIDESEP, l’organisation nationale des Indiens d’Amazonie péruvienne, a d’ores et déjà engagé des poursuites contre les compagnies incriminées."

 

Cécile Cassier, in :

Univers-Nature 21/04/2010

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

 

Dilemme écologique

La lutte antinucléaire est-elle soluble dans le réchauffement climatique ?


Par Nolwenn Weiler in Basta ! 19 avril 2010

 

Êtes-vous plutôt nucléaire ou plutôt effet de serre ? L’énergie nucléaire profite de ses faibles émissions de CO2 pour se refaire une image. Choisir d’y recourir davantage au nom de l’urgence climatique est, pour Didier Anger, l’un des fondateurs du mouvement écologiste français, une scandaleuse supercherie et une dangereuse dérive. Il revient sur ce débat qui agite le Réseau sortir du nucléaire et toute la planète écologie.

 

 

Basta ! : Le Réseau Sortir du nucléaire connaît de fortes tensions. Celui qui en était son porte-parole depuis huit ans, Stéphane Lhomme, vient d’être licencié [1]. On lui reprocherait notamment ses positions antinucléaires trop radicales. Qu’en pensez-vous ?

 

Didier Anger : Les dissensions ont commencé à se révéler lors du Grenelle de l’environnement, en septembre 2007. Le thème du nucléaire en a été exclu d’emblée. Ce qui est inacceptable. Ensuite, fin 2009, le groupe Vert du Parlement européen a voté un texte dans lequel un amendement stipule que la prise en compte du nucléaire est importante dans la lutte contre le réchauffement climatique. Cela m’a fait bondir. Et je ne suis pas le seul. Enfin, il y a eu cet « ultimatum climatique » signé par plusieurs associations françaises lors du sommet de Copenhague, en décembre dernier, et dans lequel il existe une impasse totale sur l’énergie nucléaire. Le texte ne se positionne ni pour ni contre. Ce qui est quand même exagéré, surtout pour le Réseau sortir du nucléaire qui est cosignataire du texte. Une partie de son conseil d’administration s’en est émue, dont moi, et a soutenu la position de Stéphane Lhomme qui, réclamait au moins une phrase sur le nucléaire, et qui s’est insurgé contre la signature de ce texte.

 

La lutte contre l’effet de serre ne relève-t-elle pas de l’urgence absolue ?

 

Si, bien sûr. Mais celle contre le nucléaire aussi. Il n’y a pas à privilégier la lutte contre le nucléaire ou celle contre l’effet de serre. Nous ne voulons ni de l’un ni de l’autre. Le mouvement écologiste, qui est né avec la lutte antinucléaire, avait jusqu’à présent toujours été clair sur ce point. Mais sortir de ce système prendra du temps. Les solutions ne se trouvent pas du jour au lendemain. L’écologie, c’est vivre et habiter le monde autrement, raisonnablement. Il s’agit de dessiner un autre projet de société, et non de verdir le capitalisme. Il s’agit de construire une véritable démocratie, dans laquelle les citoyens auraient le droit de choisir et de se prononcer sur les sources d’énergie qu’ils souhaitent développer. C’est l’exact contraire de ce qui s’est passé pour le nucléaire. En 1974, René Dumont parlait des utopistes réalistes quand il définissait les écolos. Disons que certains réalistes ont oublié l’utopie. Il ne faut pas être dupe. En France, la lutte contre l’effet de serre est une aubaine fabuleuse pour relancer le nucléaire. Anne Lauvergeon, présidente d’Areva, le dit elle-même : Nicolas Sarkozy – dont le passé politique n’est pas franchement écolo – est le meilleur représentant de commerce de l’EPR (réacteur pressurisé européen).

 

Comment expliquez-vous que la lutte contre l’effet de serre ait rencontré une forte adhésion alors que celle contre le nucléaire peine à prendre de l’ampleur ?

 

Le nucléaire est depuis toujours très étatique, très centralisé, très militaire et, surtout, sous silence. La promotion et la défense du nucléaire relèvent d’une vieille tradition antidémocratique, dont il est difficile de sortir. On ne parle que si on est obligé de le faire. Donc très rarement jusqu’à maintenant. Je suis convaincu plus que jamais par l’urgence de la lutte contre le nucléaire. Parce que j’en sais plus aujourd’hui qu’en 1972 quand je me suis lancé dans ce combat. Pourtant, je ne nie pas l’urgence de la lutte contre l’effet de serre, dont nous - les écolos - parlons depuis 1992, année du sommet de Rio de Janeiro. René Dumont a même commencé à aborder ce thème en 1974 ! Si, demain, un accident nucléaire grave arrive, où sera l’urgence ?

 

Recueillis par Nolwenn Weiler

Photo : © Alexis Braud

 

Notes

[1] Le 8 avril 2010

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

OPINIONS du WEB

 

« Réforme »

des retraites : l’escroquerie à la démographie

 

par Arlette Laguiller,

Lutte Ouvrière

mardi 20 avril 2010


"L’argumentation de tous ceux qui proclament qu’il serait nécessaire de réformer les retraites, c’est à dire de la quasi totalité des hommes politiques de la bourgeoisie, droite et gauche confondues, des économistes et des commentateurs qui leur emboîtent le pas, se veut de bon sens : l’allongement de la durée de la vie imposerait une telle réforme. Mais c’est une escroquerie, car s’il est vrai que le nombre d’actifs a diminué, le problème n’est pas là (...)"

Voile intégral :

le gouvernement prépare une loi d'interdiction générale

 

 

LEMONDE

21/04/2010

 

Ce sera un projet de loi, d'origine gouvernementale, et non une proposition, reprenant le texte déposé par les députés de l'UMP. Lors d'une réunion politique à l'Elysée convoquée par Nicolas Sarkozy, mercredi matin 21 avril, il a été décidé que le gouvernement déposerait dans les plus brefs délais un projet de loi visant à l'interdiction générale du port du voile intégral (...)

 

Les différents types

de voile musulman

ECOLOGIE POLITIQUE

 

 

"Urgence écologique,

urgence démocratique"

Vers une sortie civilisée du productivisme ?

 

OPINIONS du WEB

 

Social-démocratie et collaboration de classes

 

Mohamed BELAALI


"Didier Migaud et Michel Charasse ont été nommés par Sarkozy, l’un premier président de la Cour des comptes, l’autre au Conseil constitutionnel. L’un est député socialiste, l’autre est un ancien ministre et ami de Mitterrand. Mais Sarkozy a recruté également Michel Rocard pour effectuer plusieurs missions, entre autres, pour réfléchir au grand emprunt national et servir d’ambassadeur de France chargé des négociations internationales relatives aux pôles Arctique et Antarctique. Jack Lang, lui, a été envoyé à Cuba comme émissaire spécial du président et en Corée du Nord pour « mission d’information ». Eric Besson, qui a quitté Ségolène Royal et le PS juste après les résultats du premier tour des présidentielles de 2007, est nommé d’abord Secrétaire d’État avant de devenir Ministre de l’immigration. Martin Hirsch était confortablement installé dans son fauteuil de Haut Commissaire aux Solidarités Actives et à la Jeunesse avant de quitter le gouvernement le 22 mars 2010. Jean-Marie Bockel occupe le poste de secrétaire d’État auprès de la ministre de la Justice et des libertés. Bernard Kouchner, ministre des gouvernements socialistes de Michel Rocard à Lionel Jospin, travaille aujourd’hui pour Sarkozy en tant que ministre des Affaires étrangères et européennes. Le cas de Dominique Strauss-kahn est plus délicat et moins flagrant. Sarkozy n’avait, si l’on peut dire, que soutenu activement sa candidature à la présidence du Fonds Monétaire International (FMI). Il ne s’agit là que de la personnification d’une collaboration de classes d’un courant politique ancien, celui de la social-démocratie (...)"

 

Le MRAP condamne vigoureusement les propos antisémites de Dieudonné

 

"Le MRAP s’insurge contre les derniers propos violemment antisémites de Dieudonné M’bala M’bala, tels que révélés par une vidéo dans laquelle -sur le ton de la conversation- l’« humoriste » s’exprime, notamment, sur Eric Zemmour.

 

A Eric Zemmour, qui avait ethnicisé la délinquance en l’attribuant aux Noirs et aux Arabes, Dieudonné M’bala M’bala rétorque : « Tu ne crois pas que c'est aux Juifs qu'il faut s'en prendre, plutôt qu'à ceux qui volent des miettes ? (…) Les gros escrocs de la planète sont tous des juifs. » Il poursuit en prétendant que « pour avoir la liberté d’expression en France, il faut être Juif. C’est une réalité. » Il conclut enfin : « Dire le contraire, c’est avoir peur. Mais on n’a plus peur. (…) La mort sera plus confortable que la soumission à ces chiens. »

 

Il y a une semaine, déjà, Dieudonné avait violemment attaqué les « suceurs de Youpins », dans le cadre de son spectacle produit dans son Théâtre de la Main d’Or.

 

Le MRAP condamne, une fois de plus, les déclarations antisémites de Dieudonné, tout autant qu’il a condamné hier l’ethnicisation de la délinquance et la justification de la discrimination par Eric Zemmour. C’est de la même logique dangereuse et condamnable de racialisation qu’il s’agit.

 

Parallèlement à la plainte qu’il dépose contre Eric Zemmour, le MRAP déposera également une plainte pour le délit d’injure raciale à l’encontre de Dieudonné M’bala M’bala.

 

Maître Pierre Mairat représentera le MRAP dans ces deux dossiers."


MRAP Paris, le 19 avril 2010

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

OPINIONS du WEB

 

Quand le lobby des pesticides empêche la commercialisation de produits naturels

 

Par Sophie Chapelle 

 

Insecticides naturels ou fertilisants bio s’échangent sans problème ailleurs en Europe. Pas en France. Se procurer un tel produit pour entretenir son potager ou protéger son champ y est puni par la loi. Le purin d’ortie ou l’huile de neem sont considérés comme des produits toxiques au même titre qu’un pesticide de synthèse. Qu’importe, particuliers et paysans pratiquent la désobéissance civile (...)

 

Bil'in :  mobilisation non-violente contre le mur de l'apartheid et contre la colonisation

 

Communiqué de presse 15 avril 2010

 

Les Verts soutiennent la population de Bil’in dans sa résistance non-violente contre le Mur de l’apartheid, la ségrégation et l’occupation. Jérôme Gleizes, responsable de la commission transnationale les représentera lors de la 5e conférence internationale qui se tient à Bil’in, Palestine, les 21, 22 et 23 avril 2010.

 

Ce combat non violent n’a pas cessé depuis février 2005 quand les bulldozers israéliens ont commencé à arracher des oliviers sur le futur tracé du Mur, qui prend 60% des terres de ce village de Cisjordanie au profit de l’extension d’une immense colonie, qui s’accapare une grande partie des ressources en eau. Depuis, les habitants de Bil’in manifestent pacifiquement, tous les vendredis, avec le renfort de militants anticolonialistes israéliens et internationaux. Depuis 2006, ils ont organisé 4 conférences internationales qui leur permettent de réunir leurs soutiens locaux et internationaux ainsi que les représentants des autres villages de Cisjordanie qui les rejoignent dans leur résistance.

 

Bil’in a remporté son procès devant la Haute Cour de Justice israélienne qui a ordonné à l’armée de déplacer le tracé du Mur. Non seulement les militaires israéliens ignorent cette décision, mais intensifient la répression contre les habitants de Bil’in et des villages de Cisjordanie qui suivent son exemple.

 

Bil’in est devenu le symbole de la résistance non-violente d’une population qui ne plie pas devant l’injustice et la terreur.

 

La décision du Tribunal de déplacer le mur représente un pas en avant, mais c’est la destruction complète du mur, la fin de l’occupation et des colonies que réclament les habitants de Bil’in.

 

Face à l’Etat d’Israel qui intensifie sa politique de ségrégation, de colonisation, de blocage à Gaza et en Cisjordanie, cette résistance non violente soutenue par le mouvement du Boycott, de Désinvestissement et de Sanctions (BDS) persiste courageusement.

 

Ce mouvement de résistance non-violente populaire est rejoint par le mouvement international de solidarité avec la Palestine et les forces de paix en Israël. Avec eux, les Verts appellent à une participation massive à cette 5e conférence de Bil’in et à une participation large aux actions pour une paix juste et durable en Palestine.

 

Djamila Sonzogni, Porte-parole des Verts
Brigitte Brozio, Membre du Collège exécutif déléguée à l’international

 

 

Malaise chez les communistes

 

In Le Parisien 17/04/2010

 

De plus en plus d’élus et de cadres communistes choisissent de quitter le parti, au profit d’autres mouvements comme Europe Ecologie. Pourtant, les militants veulent encore y croire.

 

« Des départs, ce n’est jamais un signe de bonne . » Au sein du PC, le choix de certains élus dont le député de Seine-Saint-Denis, Patrick Braouezec de quitter le parti passe mal. « Je ne me résigne pas au départ de ces camarades », a lancé hier Pierre Laurent, numéro deux , avant de demander aux démissionnaires de « revenir sur leur décision ».

 

« Nous comptons sur eux », a-t-il expliqué lors d’un conseil national en lançant un appel à leur retour. « Des départs, c’est toujours inquiétant pour un parti, surtout quand il s’agit de figures électorales et intellectuelles », regrette Marie-Pierre Vieu, membre du conseil national du PC.

 

A deux mois du congrès, où Pierre Laurent devrait succéder à Marie-George Buffet au poste de secrétaire national, la direction se retrouve un peu plus affaiblie par ces défections qui s’ajoutent aux démissions d’autres élus, partis notamment vers Europe Ecologie (Stéphane Gatignon, maire de Sevran, Jacques Perreux, vice- du conseil général du Val-de-Marne…).

 

Les discussions sur la poursuite de la stratégie du Front de gauche, où le PC s’est allié avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, vont également être animées. Si cette alliance a assuré un résultat satisfaisant en termes électoraux, sur le plan politique, le PC a encore perdu du poids : par rapport à 2004, il compte aujourd’hui deux fois moins de conseillers régionaux. Ainsi, quelques membres du conseil national du PC ont regretté hier que la stratégie du Front de gauche se traduise « par un effacement du PC ». Si Buffet et Laurent se sont prononcés pour la poursuite de ce rassemblement, ils devront calmer les oppositions en interne. D’autant qu’eux-mêmes commencent à être agacés par l’ambition de Mélenchon, qui se verrait bien candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2012…

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

 

OPINIONS du WEB

 

Les retraites dorées des seigneurs du capitalisme...

 

Par Ivan du Roy 15 avril 2010

 

Une centaine de grands patrons d’entreprises cotées en Bourse bénéficient d’un précieux régime de retraite complémentaire, les fameuses "retraites chapeaux". Grâce à elles et pour parer à une baisse de leur rémunération, ils seront à l’abri du moindre besoin pour leurs vieux jours. Car c’est en millions d’euros que les prestations faiblement soumises à l’impôt leur sont versées. Une injustice qui rime avec folie des grandeurs, à l’heure où le droit à la retraite du plus grand nombre est remis en cause.

 

A qui profite le bouclier fiscal ?

 

Le bouclier fiscal a été appliqué au 1er janvier 2007. À la suite de cette mesure, les contribuables ne pouvaient plus être imposés au-delà de 60 % de leurs revenus pour l'ensemble des impôts directs : impôt sur le revenu, ISF (impôt de solidarité sur la fortune), taxe foncière et taxe d'habitation. Puis, après son arrivée à la présidence en mai 2007, Sarkozy qui, en tant que ministre de l'Économie, n'avait pas osé supprimer l'ISF malgré les pressions des plus riches, décida de contourner cet obstacle en abaissant le bouclier fiscal à 50 %, déclarant qu'il ne serait pas juste que quelqu'un « qui travaille » verse plus de la moitié de ses revenus au fisc.

C'est oublier que nombre des bénéficiaires du bouclier fiscal justement ne travaillent pas et vivent des revenus de leurs placements. En outre, le plafond est inférieur de fait à 50 % des revenus, il se situerait à 39 %, la CSG et le CRDS ayant été inclus dans le calcul des impôts. Et comme celui-ci vient après toutes sortes de déductions et d'exemptions au travers des niches fiscales, les revenus pris en compte sont sans doute loin en dessous des revenus réels.

L'an dernier, 99 % des sommes remboursées par le fisc au titre du bouclier fiscal sont allées à des redevables de l'ISF, c'est-à-dire aux plus riches, même si le gouvernement met en avant les petits paysans ou retraités possédant une maison là où la spéculation immobilière a fait bondir les prix ! Sur les 16 350 contribuables qui ont bénéficié du bouclier fiscal, un peu moins de mille se sont partagé près des deux tiers des sommes restituées, soit en moyenne 376 000 euros pour chaque foyer fiscal. Et pour les dix plus grosses restitutions, le chèque de remboursement s'est élevé à 6 millions d'euros en moyenne...

 

 

******************

 

Évadés fiscaux

L’argument principal du gouvernement pour justifier son « bouclier fiscal », c’est que cette mesure permettrait d’éviter les « évasions fiscales » – c’est-à-dire que les riches quittent le pays pour payer moins d’impôts ailleurs.

 

Sauf que des chiffres viennent de tomber sur l’évasion fiscale en 2008, première année de pleine application du dispositif. Résultat : 821 « évasions fiscales » contre… 719 l’année précédente.

 

Une augmentation de presque 15 %. Quelle efficacité !

 

Lutte Ouvrière

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    André Virasolvy (mercredi, 14 avril 2010 17:54)

    Depuis bien longtemps les pouvoirs politiques ont institué des droits inégaux, et le monde du travail en supporte d'horribles conséquences, Il se bat contre les effets désastreux des droits inégaux, mais les travailleurs ne dénoncent jamais cette cause des injustices. Ils laissent les résultats de leur travail collectif à ceux qui profitent de l'inégalité des droits, alors qu'ils devraient se battre et s'organiser pour obtenir l'égalité des droits économiques sur les résultats de leur travail.
    Voir : http://www.egalitedesdroits.info

OPINIONS du WEB

 

"Vie de merde,

bouffe de merde,

corps de pauvres"

 

par Laurent Chambon

 

"À chaque fois que je rentre dans la banlieue où j'ai grandi, dans le neuf-un, je suis frappé par plusieurs choses : (1) tout est bien propre avec des fleurs partout malgré les voitures qui brûlent, (2) les zones commerciales à l’américaine (des magasins/entrepôts construits à la va-vite autour d’un parking) remplacent les dernières forêts, (3) on voit que les gens ont de moins en moins d’argent et les supermarchés ont supprimé les produits les plus luxueux au profit des gammes premier prix, (4) la laideur commerciale et l’indigence des publicités omniprésentes sont d’une violence extrême et (5) il y a plein de gens vraiment très gros partout. Plus que gros. Carrément obèses, en fait (...)"

 

Burqa-bla-bla

 

Le Monde Diplomatique avril 2010

 

Les Français sont vraisemblablement plus nombreux à connaître le nombre de minarets en Suisse (quatre) et de « burqas » en France (trois cent soixante-sept (1)) qu’à savoir que le Trésor public a perdu 20 milliards d’euros à la suite d’une décision « technique » de l’exécutif.

 

Il y a dix-huit mois en effet, au lieu de subordonner son sauvetage des banques en perdition à une prise de participation dans leur capital, laquelle ensuite aurait pu être revendue avec un joli bénéfice, le gouvernement français a préféré leur consentir un prêt à des conditions inespérées… pour elles. Vingt milliards d’euros de gagnés pour leurs actionnaires, c’est presque autant que le déficit de la Sécurité sociale l’an dernier (22 milliards d’euros). Et quarante fois le montant de l’économie annuelle réalisée par l’Etat lorsqu’il ne remplace qu’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux.

 

Le rétablissement électoral du Front national, et plus généralement de l’extrême droite en Europe, n’est pas tout à fait étranger à cette distribution de l’attention publique entre la poutre des polémiques subalternes qu’on enflamme et la paille des sujets prioritaires dont on prétend qu’ils sont trop compliqués pour le commun des mortels. Le fiasco des élections régionales derrière lui, M. Nicolas Sarkozy va s’attaquer à la « réforme des retraites ». L’enjeu social et financier étant considérable, on sait déjà que le gouvernement français s’emploiera à distraire la galerie en relançant le « débat sur la burqa ».

 

Riposter à cette manœuvre n’impose certainement pas de s’enfoncer sur son terrain boueux en donnant le sentiment de défendre un symbole obscurantiste. Encore moins de taxer de racisme les féministes — hommes et femmes — qui légitimement le réprouvent. Mais comment ne pas juger cocasse qu’une droite qui a presque partout associé son destin à celui des Eglises, du patriarcat et de l’ordre moral se découvre soudain éperdue de laïcité, de féminisme, de libre-pensée ? Pour elle aussi, l’islam accomplit des miracles !

 

En 1988, M. George H. W. Bush succéda à Ronald Reagan après une campagne d’une démagogie insigne (2), au cours de laquelle il réclama que soit criminalisé le fait de brûler la bannière étoilée — un acte commis entre une et sept fois par an… Avec le courage qu’on imagine, plus de 90 % des parlementaires américains adoptèrent une disposition répressive allant en ce sens — laquelle fut annulée par la Cour suprême. Au même moment éclatait l’un des plus grands scandales de l’histoire économique des Etats-Unis, celui des caisses d’épargne déréglementées par le Congrès, que des aigrefins avaient pillées, enhardis par des sénateurs dont ils avaient financé les campagnes. En 1988, nul ou presque n’avait évoqué le péril d’une telle arnaque, bien qu’il fût déjà connu. Trop compliqué, et puis la défense du drapeau occupait les esprits.

 

Le contribuable américain a payé 500 milliards de dollars le scandale des caisses d’épargne. On découvrira bientôt ce que cache réellement la « burqa ». Et combien cela coûte.

 

Serge Halimi

 

( 1 ) D’après un calcul, étrangement précis, de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

 

( 2 ) Lire « Dans les bas-fonds de la campagne électorale américaine », décembre 1988.

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0

GAUCHE RADICALE

 

"Faire front pour ouvrir l'espoir à gauche"

 

Gilles Alfonsi (Association des Communistes Unitaires / FASE)
Clémentine Autain (Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique)
Jean-Jacques Boislaroussie (Les Alternatifs)
Patrick Braouezec (Association des Communistes Unitaires / FASE)
Leila Chaibi (L'Appel et la Pioche / NPA)
Yann Cochin (Convergences et Alternative / NPA)
Pierre Cours Salies (Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique)
Rachel Lafontaine (Les Alternatifs)
Sylvie Larue (Association des Communistes Unitaires / FASE)
Laurent Levy (Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique)
Henri Mermé (Les Alternatifs)
Roland Merieux (Les Alternatifs)
Gilles Monsillon (Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique)
Danielle Obono (Convergences et Alternative / NPA)
Pierre Zarka (Association des Communistes Unitaires / FASE)


Dérives alimentaires

 

La malbouffe, une drogue dure ?

 

In Basta ! 07/04/2010

 

Ingérer régulièrement de la malbouffe pourrait provoquer une dépendance digne d’une drogue dure. Une étude américaine vient de montrer que les processus neuro-biologiques provoqués par la consommation d’une nourriture beaucoup trop riche et par la consommation de drogues dures étaient similaires. Deux chercheurs de Floride, Paul Johnson et Paul Kenny [1], ont ainsi étudié la réaction de rats de laboratoire soumis à un régime hyper-calorique (saucisses, bacon, barres chocolatées...). Les rats, qui avaient accès à cette nourriture 23 heures par jour, sont devenus très rapidement dépendants de ce régime, avec les mêmes comportements que pour une addiction à la cocaïne ou à l’héroïne.


Cette étude, publiée dans Nature Neuroscience, montre que la surconsommation de ces aliments par les rats va de pair avec une détérioration de l’équilibre chimique du cerveau : le « centre du plaisir » ou « circuit de récompense » répond de moins en moins, du fait de l’augmentation du taux de dopamine, l’une des hormones du plaisir. Cela incite les rats à manger davantage de nourriture hyper-calorique, de manière compulsive et permanente, pour augmenter le niveau de plaisir. Même lorsque ce rats sont conditionnés à craindre des décharges électriques s’ils ingèrent cette nourriture, ils continuent de la consommer. Et lorsqu’on propose ensuite à ces rats une alimentation plus saine, ils refusent de s’alimenter, allant même jusqu’à s’affamer.


Cette expérience montre que la surconsommation d’une alimentation hyper-calorique entraîne des réponses neurologiques semblables à celles d’une addiction. Si cette découverte ne peut pas être transférée directement à l’homme, elle confirme les propriétés « addictives » de la « junk food ». Pour la première fois, une étude montre que le cerveau peut réagir de la même façon face à la malbouffe et aux drogues. Cela n’est pas nouveau pour les médecins spécialistes de cette question, mais cette étude va cependant aider à mieux comprendre les mécanismes biologiques impliqués dans l’obésité. Et permettre peut-être d’avancer sur les thérapies pour lutter contre ce fléau, qui coûte près de 150 milliards de dollars par an aux États-Unis.

 

Notes

 

[1] Du Scripps Research Institute

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

 

LUTTES SOCIALES

 

Pour sauver les retraites,

400 personnalités appellent à taxer les revenus financiers


"Dans un appel, près de 400 économistes, syndicalistes ou personnalités politiques dénoncent les graves conséquences sociales qu’entraînerait un allongement de la durée de cotisations. Pour pérenniser le système de retraite, ils proposent un nouveau partage de la richesse produite."

 

 

 

 

Raoul-Marc JENNAR

quitte le NPA...

 

"Les yeux qui s’ouvrent"

 

7 avril 2010

 

"C’est avec une vraie tristesse que je dois faire part de ma grande déception. Comme des milliers de femmes et d’hommes qui, tout au long de l’année 2008, ont rejoint le processus de création du NPA, j’ai cru que s’ouvrait une fenêtre d’opportunité avec la dissolution de la LCR et l’appel à un vaste rassemblement où devaient se retrouver celles et ceux qui refusent d’accepter le capitalisme comme l’horizon indépassable de l’humanité (...)


J’ai donc, à regret, décidé de quitter le NPA. Désormais, libre de toute attache, je suis, comme beaucoup, en attente et en recherche, jamais las de scruter la moindre lueur d’espérance. Et résolu, avec celles et ceux qui ne se résignent pas au monde tel qu’il est, à construire des confluences écologiques et sociales pour une alternative au capitalisme."

 

[A lire, in extenso, sur son site...]

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Bouclier fiscal :

7,7 millions d'euros restitués aux 10 plus gros bénéficiaires

 

Le Parisien 07/04/2010

 

"Alors que le bouclier fiscal, qui permet de plafonner les impôts à 50% du revenu des contribuables, est attaqué par la gauche et désormais par une partie de la droite, le de la commission des Finances de l', Jérôme Cahuzac s'est rendu ce mercredi à Bercy pour

juger «sur place et sur pièce» certains éléments de la politique budgétaire.

 

Une «grosse dizaine» des bénéficiaires du bouclier fiscal, ont obtenu une restitution moyenne de 7,7 millions d'euros en 2009, a indiqué le successeur de Didier Migaud, précisant que  «pour les 100 premiers bénéficiaires, la restitution moyenne est de plus de 1,8 millions d'euros». Il a été reçu par les deux ministres, Christine Lagarde (Economie) et François Baroin (Budget). La veille, le ministre avait été auditionné par la commission des Finances à l'Assemblée sur le bouclier fiscal, qui a bénéficié à 16.350 contribuables au total, pour une restitution moyenne de 35.814 euros avec de fortes disparités entre contribuables, pour un coût total de 585 millions d'euros." 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0
N° 68 AVRIL 2010
N° 68 AVRIL 2010

 

TEMOIGNAGE :

Trois mois chez Europe-Écologie

et puis s’en va,

 

par Teresa Maffeis

 

"Après des années de militance associative à Nice, Teresa Maffeis décide de s'engager à Europe-Ecologie pour les élections. Mais elle quittera la liste des Alpes-Maritimes avant le premier tour, dégoûtée par ce qu'elle y voit. Son expérience, effarante, nous semble révélatrice du niveau démocratique des partis politiques, notamment ceux qui disent vouloir "faire de la politique autrement"...

 

 

 

>>  A lire absolument, in extenso, dans le dernier numéro de

      La Décroissance (N° 68 avril 2010)

 

>>  Retrouver Teresa sur son site !

 

 

 

 

 

 

 

LE CAPITALISME VERT

 

Quelques citations explicites tirées de cet excellent numéro de

"La Décroissance"...

 

 

"Le mouvement écologiste est en ruine. Il nage en pleine confusion, submergé par ses ONG médiatiques. Ces associations se sont fourvoyées dans des processus de cogestion avec les multinationales. Si cette logique leur garantit de confortables subsides, elle les rend inaptes à jouer leur rôle de contre-pouvoir démocratique -leur seule fonction n'étant que de servir de "greenwashing" pour les puissances qui nous ont amenés à la catastrophe."

 

"(...) c'est le problème de l'ensemble de la mouvance écolo qui dévie vers le capitalisme vert. (...) Début décembre 2009, au Sénat,  Anne Lauvergeon [pédégé d'Areva] a affirmé que l'on assistait à une scission entre l' "écologie canal historique", antinucléaire, et l'écologie "moderne", pro-nucléaire".

(citation de Stéphane Lhomme)

 

In La Décroissance -avril 2010 page 5-

"Où va le Réseau Sortir du nucléaire ?"

 

ENVIRONNEMENT

 

Guerre commerciale autour du lithium

 

 

Par Sophie Chapelle

 

Téléphones, ordinateurs portables, appareils photos, GPS... Les batteries « nouvelle génération » fonctionnent avec du lithium. Ce composant est également essentiel pour la voiture électrique. Multinationales et États se lancent dans la bataille de l’extraction de ce nouvel « or blanc »...

 

13,4 % de la population française vit en dessous du seuil de pauvreté...

 

LEMONDE

02.04.10

 

En France, 13,4 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, selon l'étude "Revenus et patrimoine des ménages" réalisée par l'Insee et publiée vendredi 2 avril. Cela signifie très concrètement que 8 millions de personnes vivent avec moins de 908 euros par mois. Ces chiffres portent sur l'année 2007.

 

Un niveau de vie médian en hausse. C'est le niveau qui partage la population en deux. Il se situait à 18 170 euros sur l'année en 2007, soit 1 510 euros par mois. Il était en hausse de 2,1 % sur 2006. Le niveau de vie moyen, lui, s'établissait à 21 080 euros sur l'année en 2007.

 

De fortes inégalités de niveau de vie, mais qui évoluent peu. En 2007, les 10 % de personnes les plus modestes avaient un niveau de vie de 10 010 euros annuels. Un chiffre en progression de 1,9 % sur un an.

A l'opposé, les 10 % de personnes les plus aisées affichaient un niveau de vie de 33 900 euros, en hausse de 1,3 %.

 

Entre 2005 et 2007, les inégalités ont "peu évolué pour 90 % de la population", relève l'étude de l'Insee. "Les 20 % des personnes les plus aisées détiennent 38,2 % de la masse des niveaux de vie, soit 4,2 fois celle détenue par les 20 % des personnes les plus modestes", explique-t-elle, soulignant que "ce rapport est stable depuis 2005".

 

Un niveau de vie des très riches qui évolue toutefois plus vite. L'augmentation des inégalités se fait "par le haut", souligne l'Insee. "Entre 2004 et 2007 les inégalités se sont creusées entre les ménages très aisés et le reste de la population", précise ainsi l'étude.

 

En 2007, c’est à partir de 84 500 euros de revenu déclaré annuel par unité de consommation qu’une personne se situe parmi les 1 % les plus riches. Cette limite correspond, par exemple, à un couple de cadres supérieurs gagnant chacun 5 300 euros nets par mois.

 

Les revenus de ces ménages les plus aisés déclarés aux impôts "ont augmenté plus vite que ceux de l'ensemble de la population", indique l'étude.

 

Un taux de pauvreté en hausse. Le seuil de pauvreté est habituellement défini en France comme équivalent à 60 % du niveau de vie médian. Soit 908 euros pour l'année 2007.

 

En 2007, le taux de pauvreté a progressé de 0,3 point par rapport à 2006, mais l'Insee considère que cette hausse "n'est pas statistiquement significative". En 2005, le taux de pauvreté était toutefois de 12,1%.

 

Les familles monoparentales et les ménages immigrés les plus touchés. Ce sont "les familles monoparentales, le plus souvent constituées d'une mère et de ses enfants, qui sont les plus touchées par cette pauvreté", relève l'étude.

 

Elle souligne que "30 % des personnes" vivant au sein de ces familles monoparentales sont confrontées à la pauvreté, soit "une proportion 2,3 fois plus importante que l'ensemble de la population".

 

"Les personnes vivant dans un ménage immigré" figurent également parmi les plus exposées à la pauvreté. Elles sont confrontées à un taux de pauvreté "d'environ 36 %, supérieur de 25 points à celui de la population des ménages non immigrés", souligne l'Insee.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

DROITS de l'HUMAIN

 

Massacre de My Lai,

qui se souvient ?

Viet-Nam,

16 mars 1968...


 

Cela fait quarante ans. L’armée américaine a mitraillé ce village vietnamien de My Lai, dans la province de Quang Ngai,

ce 16 mars 1968 et a tué 504 villageois civils !

 

ENVIRONNEMENT


Agriculture

Les éleveurs bio ne connaissent pas la crise

 

Par Nolwenn Weiler 31 mars 2010

 

"2009, année de crise pour le secteur laitier, a été une grosse année de conversion en bio. Les agriculteurs qui font le choix de changer de mode de production, découvrent d’autres méthodes de travail. Et, pour certains d’entre eux, un nouveau mode de vie."

 

Appel pour un

Front Populaire Anticapitaliste


Après les régionales,

la crise continue !

 

 

Urgence écologique : A Copenhague les gouvernements n’ont pas su trouver le moindre accord contraignant pour sauver le Climat


Urgence démocratique : En Europe, 100% des peuples consultés sur le Traité de Lisbonne l’ont rejeté : la construction d’une Union Européenne injuste, continue contre leur avis…


Urgence sociale : A Athènes le peuple grec manifeste contre les mesures de rigueur que les banques privées font payer au peuple en échange de leur aide (baisses des salaires dans la fonction publique, gels des retraites, hausse de la TVA…). L’Union Européenne interdit à la banque centrale de venir au secours des états…

En France, à l’occasion des élections, dans plusieurs régions, des accords politiques unitaires ont été trouvés pour l’élaboration de programmes constituant une alternative à l’ordre des marchés et du capital.
Cette démarche doit être prolongée et accélérée !


- Pour que la Gauche se reconstruise dans une logique de Résistance, de Rupture et non d’accompagnement du système néolibéral.


- Pour que les luttes sociales en cours et à venir puissent s’appuyer sur une perspective politique de victoire.

C’est pourquoi, le collectif unitaire « A Gauche, Maintenant ! » du canton de Mèze (composé de militants de la FASE, du NPA, du PG, du PCF et des Objecteurs de Croissance), lance un APPEL à tous les collectifs qui ont participé, pour les régionales 2010, à l’unité des forces antilibérales, à se constituer maintenant en un Front Populaire Anticapitaliste.

Cet appel s’adresse aussi à toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans cette démarche.


CONSTRUISONS ENSEMBLE LE FRONT POPULAIRE ANTICAPITALISTE !
1936, 1945, 1968, 2010… C’est la gauche radicale qui construit l’avenir.

 

 

Campagne de signature de l'appel pour un

FRONT POPULAIRE ANTICAPITALISTE

 

Appel national en ligne ICI

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Maroc :

solidarité avec les travailleurs en lutte !

 

Les mouvements sociaux s’amplifient sur l’ensemble du pays. Les travailleurs et citoyens marocains en lutte ont besoin d’un soutien international indéfectible.

Depuis juillet dernier, 850 travailleurs de l’Office chérifien des phosphates (OCP) sont en lutte continue contre leur licenciement abusif par leur employeur, géant groupe étatique qui domine le marché mondial du phosphate.
L’OCP, à travers sa filiale Smesi, n’a pas hésité à licencier les 850 travailleurs parce qu’ils ont décidé de créer un bureau syndical pour défendre leurs droits.
Derrière cette décision, la direction de l’OCP veut surtout augmenter sa rentabilité et remettre en cause tous les acquis sociaux des phosphatiers gagnés dans le passé et imposer une précarité à outrance, notamment en multipliant les CDD par l’intermédiaire des sociétés d’intérim.
Un comité de solidarité national (CSOS) a vu le jour, regroupant des représentants des travailleurs en lutte et des militants de différentes villes du Maroc et de différentes forces de la gauche radicale. Plusieurs initiatives ont été prises : manifestations et rassemblements notamment à Khouribga, ville minière et centre de production du phosphate, à Casablanca devant le siège de l’OCP, et à Rabat devant le ministère de tutelle et le siège du Parlement. Une caravane de solidarité a également été organisée par l’Association marocaine des droits humains (AMDH) et a connu un net succès (...)

 

ANTICAPITALISME

 

Mille milliardaires

à faire payer

 

"Chaque année, le magazine Forbes fait paraître sa très célèbre liste des milliardaires. Le classement 2010, qui vient d’être rendu public, donne des informations éclairantes : en un an, le nombre de milliardaires en dollars est passé de 793 à 1011 et leur patrimoine cumulé représente 3 600 milliards de dollars, en hausse de 50% par rapport à l’an dernier. Pour les super riches, la crise est déjà bien loin... ..."

 

ECOLOGIE POLITIQUE

 

 

Les dérives de l'«écologisme»...


 --> MATIERE A REFLEXION

 

L’écologie, devenue un « fromage politique » pour des organisations politiciennes et des arrivistes, est entrain de perdre sa pureté d’origine, en un mot sa crédibilité et son efficacité, et en passe de servir toutes les causes, même les moins nobles. 
 
DE L’ECOLOGIE A L’ECOLOGISME….
 
Une idée dégénère lorsqu’elle est accaparée par une bureaucratie qui en fait une fin en soi,… pour sa promotion et sa survie. L’intérêt général, qui était censé la fonder, passe alors au deuxième plan et ne devient que le prétexte à une politique tournée vers des intérêts privés, ceux des possesseurs du capital et de leurs relais dans la sphère du politique.
 
Tout le monde est, en effet, devenu « écologiste », même les pires pollueurs donnent des leçons d’écologie et s’en servent d’argument pour leurs publicités mensongères… Des noms ? (...)

 

[Lire la suite...]

 

Résistez aux sirènes !!

RUBRIQUE CAPITALISME VERT...

été 2009...
été 2009...

 

 


"L’homme appartient à la caste de ceux qui entrent dans l’Histoire de leur vivant. Il parle, dit-on, avec ses tripes, pique des colères noires devant les caméras, gesticule tel un éternel adolescent. En vérité, le nom de Cohn-Bendit représente aujourd’hui une telle disjonction entre le signe et le sens qu’il était devenu urgent de publier cet ouvrage.


« Dany le Rouge » a toujours été plus libéral que libertaire. Il est le meilleur avocat du capitalisme vert, l’homme dont le système a besoin pour imposer ses fausses solutions à la crise. Entré chez les Verts par opportunisme, sa course politique le rapproche peu à peu de la droite décomplexée. Chantre de la mondialisation, enfant chéri des médias, il allie superficialité et supercherie au bénéfice de son hypernarcissisme.


Voici une biographie pamphlétaire qui laisse de côté les affres de l’homme pour s’attaquer avec précision à la « pensée DCB » et aux contradictions politiques de ce « fou du roi ». L’enjeu, c’est une écologie qui ne soit pas qu’un programme de relance capitaliste.

 

Paul Ariès est politologue, directeur du journal d’analyse politique Le Sarkophage, rédacteur au mensuel La Décroissance, collaborateur à Politis. Il est l’auteur d’une vingtaine de livres.

 

Florence Leray est philosophe, journaliste et réalisatrice de documentaires."

 

N° mars 2010
N° mars 2010

 

L’ENVIRONNEMENT C’EST KAPITAL !

 

"Le capitalisme n’en finit pas de trouver de nouveaux espaces pour réaliser son besoin de s’étendre toujours davantage, c’est-à-dire pour survivre. L’écologie est l’une de ses dernières conquêtes, au détriment de notre survie à nous !


Car l’enjeu de l’écologie, ce n’est pas la sauvegarde de la Vie en général, mais bien la réappropriation de notre vie. La Vie considérée en dehors des rapports sociaux reste un formidable espace pour le marché, pour le profit, pour les capitalistes.


La reprise en main de notre vie, dans tous les domaines, c’est la seule chose qui pourrait les mettre à terre, et c’est la chose qu’ils combattent le plus.


Dans les différents projets de transformation sociale, qu’ils aient été communistes, socialistes ou anarchistes, la question du rapport de l’Homme avec son environnement avait trop souvent été laissée de côté au profit de la foi dans le progrès technique. La réinjection de cette problématique dans la question sociale fut sans conteste un apport fondamental d’une grande richesse.


Mais il n’aura pas fallu longtemps pour que l’écologie soit peu à peu vidée de sa substance subversive par les pouvoirs bureaucratiques et politiciens de toutes les espèces."


Ne les laissons pas faire !

 

 

 

L’écologie est-elle soluble dans le capitalisme ?

 

"À l'heure où la crise bat son plein, le modèle de développement capitaliste et néolibéral nous montre tous les jours à quel point il nous mène droit dans le mur.


Face à cette crise majeure, il est important d'apporter une réponse globale à l'urgence sociale et écologique, qui soit à la hauteur de cette crise, et non pas un bricolage de micro-mesures destinées à repeindre en vert un mode de production qui par sa nature, ne peut pas l'être.


L'impasse du « capitalisme vert »


Certains voudraient rendre écologique le système capitaliste. Mais il n'est pas concevable qu'un système basé sur la logique du profit et les intérêts privés puisse êtrecompatible avec l'écologie et la défense de l'environnement. Il n'est pas non plus acceptable de se contenter de « mesurettes écologiques » obéissant aux seuls intérêts de l'économie de marché, et de la rentabilité économique immédiate. Cette vision
à courte vue ne répond absolument pas à la catastrophique situation écologique de notre planète. Il n'est pas envisageable de faire de l'écologie sans s'attaquer directement aux intérêts privés, au système capitaliste.


L'écologie « ni de droite ni de gauche » ?


Comment prétendre à un projet de société écologique cohérent quand on rassemble au sein d'un même rassemblement José Bové, ex-militant antilibéral de terrain, et Daniel Cohn-Bendit, politicien libéral revendiqué, farouche partisan de la « concurrence libre et non faussée », qui a d'ailleurs géré la ville de Francfort dans une majorité municipale CDU (équivalent allemand de l'UMP) ? L'organisation de notre société, de ses modes de production et d'échange, est intimement liée à notre capacité de prendre en compte son environnement et de le protéger, il n'est pas possible de découpler les questions sociales des questions écologiques."

 

Non, l'écologie n'est pas soluble

dans le capitalisme et le libéralisme !

 

 

 

SANS COMMENTAIRES...

 

 

Cohn-Bendit : "Je suis pour le capitalisme et l'économie de marché." (Une envie de politique, 1988, La Découverte)

Bové : "L'écologie n'est pas compatible avec le capitalisme." (Chat sur le site lemonde.fr, 7 mars 2009)

 

 

 

*****************************************

 

 

"Le capitalisme est un système essentiellement productiviste. Il n’y aura pas de sortie du productivisme sans sortie du capitalisme, car la dynamique du capitalisme pousse à produire pour maximiser les profits."

 

Raoul Marc JENNAR, "Pour l'écosocialisme", 2009

 

ANTIFASCISME

 

Quand l’extrême-droite mue :

petite plongée dans la galaxie des fachos "antisionistes et anti-impéralistes"

 

"C’est l’occasion d’une petite plongée dans la nouvelle extrême-droite, galaxie très disparate qu’un même antisémitisme camouflé en antisionisme réunit."

 

 

Un excellent article du site ARTICLE XI de 2009...

mais qui est toujours d'actualité !

 

[Lire la suite...]

 

POLEMIQUES du WEB

 

"Journée Services publics :

Bellaciao censure"



La Science au XXI siècle 20/01/2010

 

Le 20 janvier, la veille de la mobilisation pour la défense des services publics, les mots d'ordre des organisations syndicales souffrent d'ambiguïtés inquiétantes, qu'il appartiendra aux agents eux-mêmes d'éviter dans leurs actions. Mais quel sera le contenu réel d'événtuelles négociations ? Un proche de Nicolas Sarkozy comme Alain Minc, qui va jusqu'à préférer la direction de la CGT au MEDEF, a félicité les organisations syndicales pour leur rôle dans la « canalisation du mécontentement » au printemps dernier et pour le prétendu « calme absolu » de l'automne. Qu'adviendra-t-il en 2010 ? Le dernier communiqué signé par la CGT, la FSU et Solidaires reste très imprécis sur le contenu des revendications associées à la journée de jeudi. C'est dans un tel contexte, qu'est intervenue une curieuse affaire de censure sur le site de Bellaciao. Un article reprenant des extraits de notre collectif sur la question des revendications de cette journée a été censuré après coup par le webmaster de Bellaciao et remplacé a posteriori, sur le même lien et avec la même date et signature, par l'appel de l'intersyndicale de l'enseignement supérieur et de la recherche dont nous avions critiqué le contenu. Au moment où un nouveau président du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) doit être nommé incessamment, et où Nicolas Sarkozy vient de recevoir quinze présidents d'universités « autonomes », le geste du webmaster de Bellaciao constitue un soutien évident à la politique de « canalisation du mécontentement » dont Alain Minc a fait l'éloge. Mais le recours à une pratique de « rémplacement après coup » d'articles d'internautes constitue de surcroît une dérive particulièrement grave de la part d'un site qui se veut « alternatif » et de publication « ouverte ».

 

[Lire la suite...]

 

 

Le pseudo site d'info "bellaciao" continue de sévir...

 

"Les ordures ne s’arrêtent pas… par Danielle Bleitrach"

 

"Bellaciao qui interdit mon nom et supprime la moindre allusion à ce blog, a publié un extrait de texte déjà ancien pour me faire dire le contraire de ce que je pense en supprimant le contexte qui était celui de l’affaire Dieudonné exhibant un déporté remettant un prix au négationiste Faurisson. Il s’agit une fois de plus de tronquer ce que je dis, de transformer ma défense sans faille du peuple palestinien en défense sioniste. les sites sionistes qui ont publié cet extrait de texte ont eu au mopins l’honneteté de dire que j’avais une position anti-Israélienne ce que ne fait même pas bellaciao.   Faire de moi une sioniste ce serait risible si ce n’était pas sinistre, tout cela parce que je dénonce l’antisémitisme comme tous les racismes..."

 

[Lire la suite...]

 

 

Un article qui résume bien ce qu'est le pseudo "collectif bellaciao"... il date de 2006 et il est toujours d'actualité !

 


"Bellaciao, le parasite de l’information alternative.


Bellaciao, site partisan et sectaire censure tous ceux qui n’obéissent pas à son idéologie. De plus, il pille les autres sites, reprend des articles sans jamais indiquer la source ; parfois, il attribue l’article à une personne autre que son auteur pire il change le contenu de l’article ou encore le titre. Bellaciao ne connaît ni foi ni loi ; aucune déontologie, aucun respect de la propriété intellectuelle. Le narcissique Roberto passe son temps à se prendre en photos avec les politiques, l’information spectacle et ces centaines de textes publiés par jours font de Bellaciao le TF1 et le Macdo de l’info alternative.


De plus Bellaciao exploite à l’écœurement son histoire de condamnation sachant que Roberto est simplement assigné en justice en tant que témoin assisté en vue d’une éventuelle mise en examen et non mis en examen comme ils le prétendent , il suffit de lire leur texte. Ils prennent les gens pour des cons.


Nous devons lutter contre ces parasites du net pour sauver l’information alternative."

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Identité nationale...?

Lire le superbe texte de l'écrivain

Youssef JEBRI...

Une réponse à tous

les Besson, Le Pen & Co...

 

 

"L'autre, cet étranger"

 

"Aucune société ne dispose du monopole de la haine. Dans tous les pays du monde, les immigrés subissent le racisme et la xénophobie. L'autre, cet étranger forcément différent parce que venu de l'autre côté de la frontière, d'un pays, d'une région situés au-delà de la ligne d'horizon, fait peur. Son arrivée sème la terreur. Les plus sombres rumeurs circulent à son sujet.  Bien que fondées sur des généralités, écartant tout cas particulier, ces ritournelles sans "conditionnel" deviennent rapidement des vérités absolues, se propagent et forgent les préjugés et les clichés.


    Comme tous les autres, ce nouvel arrivant, un de trop disent certains tout haut, ce nouvel étranger dans la ville est vil et fainéant, veule et nauséabond. Il est sans âme puisqu'il est polygame et pratique la circoncision et l'excision. C'est bien connu, chez ces " gens-là ", la rapine est une seconde nature ; le mensonge, une règle ; la perfidie, une façon d'être et l'hypocrisie, un mode de vie.


    Certains affirment, à juste titre, que le rejet de l'étranger et sa stigmatisation ne sont propres à notre temps. Ils sont présents dans toutes les sociétés, quelle que soit l'époque, quelle que soit la civilisation. Les Romains avaient leurs barbares. Les Arabes ont réduit en esclavage les Noirs parce qu'ils étaient différents. Les puissances coloniales européennes et les Etats-Unis en ont fait autant. Pendant leur occupation de la Chine, les Japonais considéraient les Chinois comme des sous-hommes et les traitent guère mieux que des bêtes de somme. Hitler, ses compères et leurs disciples nihilistes étaient convaincus d'appartenir à une race supérieure. La liste est longue. Notre passé, celui de toute l'humanité, foisonne d'exemples de folies meurtrières et d'appels à la négation de l'autre. (...)"

 

>>  Lire la suite en PDF :

 

"L'Autre, cet étranger"
L'Autre, cet étranger.pdf
Document Adobe Acrobat 324.0 KB

 

Un grand MERCI à Youssef pour

son aimable autorisation de reproduire ce texte !

SITE de Youssef JEBRI : un clic sur le bandeau
SITE de Youssef JEBRI : un clic sur le bandeau


**********************************


La pensée du jour...

"La science permet de savoir comment faire fonctionner un train, l’histoire de savoir qu’il peut parfois aller à Auschwitz."

 

(Jean-Christophe Defraigne, professeur, Université de Louvin)

 

 

 

**********************************


POLEMIQUES du WEB

 

Quand le "collectif bellaciao" confond CENSURE et MODERATION...

Après les violences à Poitiers... réflexions :

 

PENSEES sur ANARCHISME & NON-VIOLENCE

 

EXTRAITS :

 

"L’utilisation de la violence est-elle bien nécessaire pour faire aboutir la révolution libertaire ?

 

La violence ne serait-elle pas plutôt contraire à l’idée même de révolution ? Est-ce que la non-violence n’apporterait pas justement une solution au problème de la fin et des moyens ?

 

Pour moi, une révolution réellement libertaire ne peut aboutir par la violence et ceci pour les mêmes raisons que celles invoquées par les anarchistes lorsqu’ils critiquent l’utilisation de structures autoritaires pour faire aboutir la révolution.

 

Plus il y a de violence, moins il y a de révolution...

 

La fin ne pourra jamais justifier les moyens car, au contraire, ce sont les moyens qui indiquent et révèlent toujours la fin. Dès lors, comment une révolution qui se voudrait libertaire pourrait-elle user d’un moyen tel que la violence, qui est par essence même domination ?

 

Toute violence reste toujours une violation de l’individu. Toute violence est domination, oppression d’un homme par un autre.

 

La non-violence comme résistance

 

La non-violence me semble une méthode adéquate pour arriver à la révolution également car, tout d’abord, de par sa nature même, elle est une libération puisqu’elle permet de se libérer du cercle de la violence et de la violence en retour, et enfin la non-violence est déjà une révolution en soi puisqu’elle tranche de manière délibérée et radicale avec la société dans laquelle nous vivons, dont la violence constitue un des fondements."

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    thomine (mercredi, 17 février 2010 17:23)

    cette bande de zombies mérite qu'on réouvre les bagnes

 

 

 

OPINIONS du WEB

Peut-on lutter contre le sionisme ?

 


Antisionisme et antisémitisme

ne sont pas synonymes !

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Leçon de lutte des classes pour le porte-flingue de Sarko...!!

"Ce lundi sur le plateau de Mots Croisés, le délégué CGT de l'usine Continental Clairoix, condamné à 5 mois de prison avec sursis pour dégradation Xavier Mathieu était opposé à Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP... Et le représentant des "Contis" n'a visiblement pas terminé son combat !"

PACIFISME

 

UN SUPERBE TEXTE

de 2006...

TOUJOURS d'ACTUALITE :

 

 

 

"Quelle alternative au

Moyen-Orient ?"

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AFGHANISTAN, IRAK, TCHETCHENIE, DARFOUR, PALESTINE, GAZA, OUÏGHOUR, TIBET, KURDISTAN...

même logique impérialiste

et militariste :

STOP à la loi du plus fort !

 

 

 

>>>  SITE CREE le 22 SEPTEMBRE 2008  <<<

 

Ajoutez mon site dans vos favoris

NO Copyright  Liberté totale de reproduction, sans restriction, avec mention de la source.